LA POUDRIERE.

Le vendredi 12 décembre 2001, répondant à la sollicitation de Jean-François Camus, Béatrice est allée à

12, rue Jean Bertin

26000 Valence – France

tél : (00) 04 75 82 08 08

e-mail : poudriere@wanadoo.fr

Ce vendredi La Poudrière est en effervescence à la veille des vacances. Les promotions de première et de deuxième années attendent l’arrivée de leur cadeau de Noël : une valise enfermant des ciné-marionnettes de Ladislas Starewitch.

La rencontre entre Béatrice et les élèves de La Poudrière a été l’occasion d’un échange riche en découvertes :

- d’un côté :

* observation, admiration et questions sur les ciné-marionnettes dont certaines ont plus de 70 ans !

* et projection de films :

Un petit reportage sur L. Starewitch au travail à la fin des années 1920,

La Revanche du ciné opérateur,

La Cigale et la fourmi, première version de 1911,

L’Epouvantail,

L’Horloge magique,

Dans les Griffes de l’araignée.

- et de l’autre :

* la primeur des courts métrages du premier trimestre réalisés par les étudiants – talentueux, imaginatifs, caustiques et poétiques – de l’école,

* et une visite éclair des studios de Folimage.

… et des questions (qui nous ont donné l'idée d'une nouvelle rubrique sur le site) :

En quoi sont faites les marionnettes ?

Prenons l’exemple des marionnettes du Roman de Renard.

Les ciné marionnettes ont une structure métallique ou une ossature de bois revêtue de peau de chamois. Appliquée humide, la peau de chamois colle à l’ossature et en séchant donne l’illusion de la peau, il est ensuite possible de plisser cette peau à volonté pour donner diverses expressions aux visages des personnages.

Les yeux sont en verre, ceux-là mêmes qu’utilisent les taxidermistes… Les oreilles, la langue, les paupières sont en peau de chamois.

Divers matériaux sont utilisés pour donner du volume comme le coton, la paille, la mousse.

Cette technique et surtout les articulations métalliques ont beaucoup surpris Ray Harryhausen quand il les a vues récemment. Il leur reproche de conserver une certaine souplesse et de limiter la précision dans le maniement des marionnettes. C’est pourquoi il en admire d’autant plus le travail de L. Starewitch.

Combien de temps pour réaliser un film ?

Il n’y a pas de document précis permettant de répondre à cette question. Néanmoins la filmographie de Ladislas Starewitch montre qu’il a travaillé sans cesse en enchaînant les films sur un rythme très dense et impressionnant compte tenu qu’il n’est aidé pour l’essentiel que de sa fille aînée, Irène.

Pour un film la durée de tournage est connue avec précision. Les images du film Le Roman de Renard d’une durée de soixante cinq minutes utilisant parfois plusieurs dizaines de marionnettes en même temps ont été tournées en 18 mois – images seules, sans le son.

Combien de techniciens ?

A partir de la fin des années 1920 l’équipe se compose de Ladislas, de son épouse Anna qui coud les costumes des marionnettes et Irène, sa fille aînée. Le rôle d’Irène varie selon les films, elle a corédigé le scénario du Roman de Renard par exemple. Une seule personne extérieure à la famille a participé à cette équipe très réduite : Bogdan Zoubovitch à l’époque de L’Horloge magique, dans lequel il joue un petit rôle aux côtés de Nina, et La Petite Parade.

 

Retour au sommaire