Nous avons rencontré Bretislav Pojar en mars 2006, par l’intermédiaire de Marina Féodoroff (AFCA). Lors de nos conversations, B. Pojar a bien confirmé qu’il a commencé à tourner ses films utilisant des marionnettes (ou des poupées) animées à une époque où les films de Ladislas Starewitch étaient invisibles en Tchécoslovaquie pour des raisons politiques. Quand leur projection est devenue possible, progressivement dans les années 1960, chaque réalisateur en Tchécoslovaquie avait acquis son propre style de telle sorte qu’on ne peut pas considérer que L. Starewitch ait eu une influence sur lui-même (B. Pojar) ou sur d’autres réalisateurs de cette époque.

   Ce témoignage de B. Pojar est très important pour infirmer ce qu’on lit fréquemment dans les dictionnaires généraux du cinéma à savoir que L. Starewitch aurait eu une influence sur ces cinéastes d’animation d’Europe centrale dans les années 1950 et 1960.

   L. Starewitch n’a pas influencé ces cinéastes puisque ses films étaient à l’époque inconnus ! C’est cette idée que nous défendons dans notre biographie de Ladislas Starewitch en soulignant que l’influence de L. Starewitch est par contre certaine du côté anglo-saxon dans les années 1930 ainsi que dans les années 1990 et actuellement.

                                                                       François Martin, février 2007.

 

Retour