Invités

Léona Béatrice Martin-Starewitch.

Petite fille de Ladislas et Anna Starewitch, nièce d’Irène, fille de Jeanne « Nina Star ». Restaure et diffuse l’œuvre de Ladislas Starewitch, a publié une biographie (Ladislas Starewitch, « Le cinéma rend visibles les rêves de l’imagination« , édité sept DVD de films de L. Starewitch et organisé des expositions en France et à l’étranger.

leona st

 

François Martin

Formation d’historien. Participe étroitement à l’inventaire et à la restauration de l’œuvre de Ladislas Starewitch ainsi qu’aux publications et aux manifestations qui le concernent. S’intéresse aussi à l’histoire politique du Niger, a publié « Le Niger du président Diori » .

francois martin

Hervé AUBRON
Critique de cinéma, rédacteur en chef adjoint du Magazine Littéraire, Hervé Aubron enseigne le cinéma à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle.Il est notamment l’auteur de Génie de Pixar (éd. Capricci) et d’un essai sur Mulholland Drive, de David Lynch (éd. Yellow Now).

aubron

 

Jacques CAMBRA

Pianiste, compositeur et improvisateur, Jacques CAMBRA accompagne des films muets depuis une vingtaine d’années, que ce soit en solo ou en dirigeant des formations musicales variées, se constituant au fil du temps un large répertoire à partir des œuvres d’une centaine de réalisateurs.

Pianiste attitré du Festival International du Film de la Rochelle, Artiste Associé de l’Arras Film Festival, il est notamment programmé à la Villa Médicis de Rome, à la Cinémathèque Française, au Centre Pompidou ou au Musée d’Orsay et à l’international dans une dizaine de pays. Directeur et fondateur de Fos’Note, il mène des projets internationaux avec des Instituts Français et des ambassades, ainsi que des actions pédagogiques avec des conservatoires de musique et des Universités.

cambra

 

Gérard COURANT

Né en 1951 à Lyon, Gérard Courant est un cinéaste, écrivain, acteur, poète et producteur indépendant français. Au milieu des années 1970, il prend la direction du ciné-club universitaire de l’Université de Dijon où il programme des dizaines de films d’avant-garde. Il s’installe à Paris en 1975 et participe aux travaux du Collectif Jeune Cinéma. En tant que critique de cinéma, il prend la défense d’un cinéma libre et indépendant. Il est également l’un des cinéastes les plus prolifiques du cinéma. Depuis 1978, il a inventé, réalisé et produit le Cinématon, le film le plus long du monde (192 heures). Le film est en cours de tournage perpétuel et consiste à filmer des personnalités artistiques, toutes confrontées aux mêmes règles : être filmées en gros plan, fixe, muet, d’une durée de 3min 20s (la durée d’une bobine en Super 8), libres de faire ce qu’elles veulent devant la caméra. En tout, il a tourné plus de 6000 portraits films et un nombre très important d’autres films (plus de 700), notamment les Carnets filmés, à mi-chemin entre le journal filmé et les esquisses des peintres. En 2015, il existe 262 épisodes.

Entre la fiction et le documentaire, l’essai et le journal, l’expérimental et un cinéma sériel, Gérard Courant explore toutes les possibilités offertes par le cinéma.

courant

 

Jean DOUCHET

Né en 1929 à Arras, Jean Douchet poursuit des études de philosophie à la Sorbonne où il suit les cours de Merleau-Ponty, Bachelard, Lagache et Souriau. Il participe à la formation de ce qui deviendra l’équipe des Cahiers du Cinéma puis la Nouvelle Vague. Dès 1950, il écrit dans la Gazette du Cinéma. En 1957, il commence sa collaboration comme critique aux Cahiers du Cinéma, reconnu pour sa défense du cinéma d’auteur hollywoodien de la grande époque (Hitchcock, Hawks), et à l’hebdomadaire Arts jusqu’en l962.

Il anime depuis de nombreuses années un ciné-club hebdomadaire à la Cinémathèque française. Les projections sont suivies d’une analyse et d’un débat avec le public. Il anime également, une fois par mois, le ciné-club de la Cinémathèque de Nice, le ciné-club du cinéma du Panthéon3 et le ciné-club du Centre des Arts à Enghien-les-Bains ainsi que des stages d’analyse filmique à Dijon pour la Cinémathèque de Bourgogne.

douchet

Marina FEODOROFF

Diplômée de langue et civilisation russes à l’Inalco et en cinéma à l’Université Paris I, puis de tchèque à l’Université Charles de Prague, Marina Feodoroff s’est tout d’abord spécialisée dans le cinéma russe et soviétique, tout en s’intéressant de près au film d’animation, au cinéma muet et aux cinématographies étrangères, en particulier des pays de l’Est.

Ayant travaillé douze ans à l’Association française du cinéma d’animation, elle s’est ensuite tournée vers ses propres activités de traduction, de recherche et d’écriture sur le cinéma d’animation tchèque et russe, se consacrant aux biographies de Břetislav Pojar et de Berthold Bartosch ainsi qu’à la traduction de films et notes de travail de Ladislas Starewitch.

Untitled  

Et Erwan LEGAL !!!  

 Retour à la page Dialogue(s) Starewitch