Ladislas Starewitch

aux

Rencontres Internationales du Cinéma d’Animation de Wissembourg !
 

 

Les RiCA sont organisées tous les deux ans
par le Ciné Club de Wissembourg

11e édition

     14 au 22 novembre 2016

 

Ciné-concert

Dimanche 20 novembre à 20h30

"Ladislas Starewitch, films des années 20"

  avec Franco Venturini (piano) et Giulio Francesconi (flûte)

Trois films !

   Dans les Griffes de l’araignée

France, 1920, couleurs au pochoir, 24’45

Présenté à la presse le 9 janvier 1924,

Distribué par Pathé Consortium Cinéma à partir du 7 mars 1924

 

  Dame Aurélie, mouche campagnarde, vit en paix jusqu’à l’arrivée de Miss Phalène grande vedette des Folies mondaines qui lui fait miroiter la vie brillante de la capitale. Dame Mouche succombe au mirage… Mais la réalité est beaucoup plus inquiétante.

 

   Dans les Griffes de l’araignée développe le thème simple et connu de la jeune fille grillée par les lumières de la ville dans un style lent et ample bien représentatif de ce qu’attendait le public russe des années 1910. Avec plusieurs facettes propres à Starewitch : les éclairages, les scènes de cabaret, une grande violence, les gros plans, les caractères des personnages, une atmosphère, les bienfaits d’une vie paisible.

 

     Amour noir et blanc

France, 1923, couleurs par virage et teintage, 21’52

Présenté à la presse le 15 octobre 1928

Distribué par Saturnfilm, sort en novembre 1928 en exclusivité au Max Linder à Paris

 

   Au sein de la troupe du « Théâtre Starewitch » deux Cupidons rivalisent pour savoir qui des deux est le plus efficace : le Noir ou le Blanc ? Quels couples vont résister ? La représentation va-t-elle avoir lieu ?

 

 

   Amour noir et blanc est plus légr, plus dynamique. C’est un hommage au cinéma américain par les marionnettes anthropomorphes de Charlie Chaplin, Marie Pickford, Tom Mix, Ben Turpin… mais surtout par le rythme de ce road-movie qui additionne les poursuites, les cascades, les rebondissements qui mettent en avant la virtuosité de l’animation comme les risques de l’amour. C’est aussi un film de parti pris affirmé quand en 1923 un couple de Noirs tient un rôle équivalent à celui des plus grandes vedettes américaines.

 

   La Reine des papillons

France, 1927, couleurs par virage et teintage, 22’25, avec Nina Star.

Distribué au Royaume-Uni en 1931, projeté en 1936 avec une musique de Horace Sheperd

 

   La petite Nina sauve un papillon. Ce dernier en fait la Reine d’un monde extraordinaire suscitant la jalousie du Roi des araignées. Enlèvement, mariage forcé, combat singulier, attaque de château… et Nina se réveille enchantée par les péripéties de son rêve.

 

 

   La Reine des papillons est un film novateur qui allie la forme très classique d’un conte, qui commence et s’achève par le sommeil et le réveil d’une enfant, et la capacité de Starewitch à créer des images composites qui mêlent marionnettes et personnages réels jusqu’au basculement vers les anamorphoses finales. L’amour de la nature, la musique, le mélange audacieux des genres (une araignée amoureuse d’une petite fille), une incroyable attaque de château… pour une histoire très morale.

   Ces trois films illustrent bien à la fois ce qu’est le style de Starewitch, son imaginaire, sa diversité, sa façon inimitable d’animer ses ciné-marionnettes, comme son évolution au cours d’une décennie qui ouvre aux chefs-d’œuvre à venir que sont Le Roman de Renard et Fétiche.

 

Fiches techniques des trois films :

Scénario, réalisation, animation, marionnettes, décors, éclairages : L. Starewitch.

Le programme des RICA 2016 : http://www.rica-wissembourg.org/f_rica11/prog_11.htm

Site des RICA : http://www.rica-wissembourg.org/

*****

Contact :

 

3, route de Weiler

67160 WISSEMBOURG

Tél : 33 (0)3 88 94 06 26

Retour à 2016

  

Retour aux nouvelles

67160 Wissembourg La Nef / Relais Culturel de Wissembourg
Retour à 2016RrreeeR
eeeee